L’effet Zeigarnik

l'effet ZeigarnikL’effet Zeigarnik est phénomène psychologique décrivant une tendance à se rappeler des tâches ou des événements interrompus plus facilement que celles complétées. Ce phénomène a été découvert à la fin des années 1920 et a fait l’objet de nombreuses études.

Quel est l’effet Zeigarnik?

L’effet Zeigarnik tient son nom de fondateur, ou plutôt devrais-je dire sa fondatrice, la psychiatre et psychologue russe Bluma Zeigarnik. Au cours d’un dîner au restaurant, elle s’apercevoir que les serveurs sont capables de se souvenir des commandes n’ayant pas été achevé. Puis une fois les commandes remplies et payées, impossible pour eux de rappeler de quoique soit. Pas un seul détail ne leurs revenait en mémoire. A partir de là, elle décide de mener plusieurs études en laboratoire.

Dans une de ses expériences, elle demande à 138 enfants de compléter une série de tâches simples (casse-tête, dessin et autres problèmes de mathématiques). Elle leur permet d’en finir la moitié et les interromp sur les autres. Une heure plus tard, elle est les interroge sur ce qu’ils ont retenu. Le résultat fut étonnant. Zeigarnik a découvert que 110 enfants se rappelaient mieux des tâches incomplètes que celles terminées. Elle réalise la même expérience sur les adultes, 90% d’entre eux se souvenaient mieux des tâches interrompues que les autres.

L’effet Zeigarnik a depuis été étudié par de nombreux autres chercheurs. Certains sont arrivés aux mêmes résultats, d’autres non. Certaines théories mentionnent la tension cognitive. Celle-ci résulte d’une tâche inachevée et la nécessité de garder la tâche à l’esprit afin de libérer la tension.

Les études indiquent d’autres facteurs. La motivation, l’espérance d’une récompense, le temps d’interruption ou encore la réalisation d’une tâche peut avoir un impact sur l’effet Zeigarnik.

Applications de l’effet Zeigarnik

L’effet Zeigarnik est employé dans de nombreux aspects de la culture moderne. Il peut différer légèrement selon l’industrie, mais les principes sous-jacents restent les mêmes:

  1. Lancer ou attirer l’attention sur un événement suscitant l’intérêt.
  2. Permettre aux personnes de participer d’une manière ou d’une autre.
  3. Terminer l’événement prématurément pour créer une tension cognitive.
  4. Inviter les participants à revenir pour la résolution.

Les applications communes du concept comprennent:

  1. Générer des journaux ou des provocateurs efficaces dans l’industrie des nouvelles.
  2. Créer des bandes dessinées dans l’industrie cinématographique.
  3. Utilisation des cliffhangers dans la production des livres sérigraphiés ou les séries télé.
  4. Concevoir des quêtes multiples et inter-reliées dans l’industrie du jeu.

Utilisation de l’effet Zeigarnik au quotidien

Beaucoup de personnes éprouvent des pensées intrusives qui viennent avec des tâches inachevées ou interrompues. Mais il existe de nombreux avantages personnels à gagner si les individus apprennent à canaliser ces pensées et le désir de faire le travail.

Les personnes qui sont sujettes à la procrastination peuvent apprendre l’importance de commencer une tâche tôt ou simplement de commencer n’importe où. La tension cognitive associé à l’effet Zeigarnik contribuera à remettre ces personnes au travail jusqu’à ce qu’il soit terminé.

La productivité peut être aussi augmentée pour les personnes travaillant rapidement, mais qui ont des problèmes avec le multitâche. Une compréhension approfondie des intrusions cognitives accompagnant des tâches inachevées aidera les travailleurs à apprécier que chaque nouvelle tâche consiste essentiellement à interrompre ce qui a déjà été fait. Les travailleurs peuvent donc être motivés à fixer des limites raisonnables sur la quantité de tâches multiples qu’ils effectuent. Ainsi on augmente les performances au travail tout en réduisant la surcharge cognitive et la frustration.

Les étudiants peuvent aussi profiter de l’effet Zeigarnik dans leurs études. En concevant des séances d’études avec des pause appropriées impliquant des activités non liées. Les étudiants sont susceptible d’éprouver des pensées plus intrusives sur les sujets qu’ils couvrent et peuvent mieux réfléchir et consolider ces pensées. Une période d’étude prolongée est moins efficace généralement pour les rappel d’information.

L’effet Zeigarnik et la santé mentale

L’effet Zeigarnik peut jouer un rôle important dans la santé mentale d’une personne. Les tâches incomplètes, en particulier celles qui ont des conséquences négatives, entraînent souvent des pensées intrusives fréquentes et stressantes. Ces pensées peuvent réduire le sommeil, favoriser l’anxiété et épuiser les ressources mentales et affectives d’une personne, voire même contribuer à des comportements inadaptés.

A l’inverse l’effet Zeigarnik peut favoriser le bien être mental en motivant une personne à accomplir ses tâches, à développer de meilleures habitudes et à résoudre des problèmes persistants. La réussites des tâches assignées peut donner un sentiment d’accomplissement tout en stimulant la confiance en soi et l’estime de soi. Le développement du travail productif et les habitudes d’études peuvent également contribuer à un sentiment personnel de maturité et de croissance personnelle. En outre, une personne qui peut trouver la fermeture pour les événements induisant le stress aura probablement un impact positif à long terme sur le bien-être psychologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*